du Coté de chez Tiffany En r’venant d’l’expo

, popularité : 10%

Dominique ROBERT, animatrice de l’atelier "art du verre et vitrail" à l’Outil en Main de Troyes a visité l’expo TIFFANY à Paris au Musée du Luxembourg.

C’est la première rétrospective en France, consacrée à Tiffany depuis 1900. L’exposition est ouverte jusqu’au 17 Janvier 2010.

L’exposition est divisée en 6 thèmes, et parcourt toutes les facettes de la vie professionnelle de
Tiffany :
- voyages de jeunesse où il étudie la peinture et découvre le verre,
- décorateur d’intérieurs pour des clients aisés,
- rencontre avec le marchand d’art Samuel Bing,
- vitraux,
- vases en verre soufflé,
- lampes et objets décoratifs (vitrail et mosaïque).

Dans un premier temps, j’ai suivi le parcours proposé, mais j’ai préféré abandonner rapidement l’audio-guide, pour mieux accueillir, à mon rythme, ces couleurs et cette lumière qui nous sont offertes.

Dans les vitraux de Tiffany, seuls les détails (des visages, des mains et des pieds) sont peints et les multiples effets de matière, de couleurs et de reflets sont obtenus par des verres texturés.

J’ai fait une deuxième visite, dans le désordre, en commençant par l’exposition des différents verres techniques mis au point par Tiffany :
- les verres martelés (oui, Pascal, cher collègue chaudronnier, c’est une technique de la dinanderie appliquée au verre...) irradient une lumière diffuse,
- les verres mouchetés, donnent les effets de clair-obscur,
- les verres à "plumes" qu’on façonne au rouleau, avant de les "peigner",
- les verres fracturés, appelés aussi "verres confettis", aux multiples couleurs éparpillées,
- les verres froissés, au drapé fluide,
- les verres striés, obtenus par des pâtes de verre en fusion, de différentes couleurs, versées sur le marbre à la louche, et mélangées avec une tige métallique,
- le cabochon en pâte de verre moulée et pressée, souvent en verre "Favrile", aux reflets irisés, obtenu par l’introduction de sels métalliques dans la pâte de verres.

La véritable marque de fabrique de Tiffany reste le verre "Favrile".
Tiffany superposait, par endroits, plusieurs couches de verres différents, pour obtenir des effets de fondus de couleurs et de matières.

Après avoir pu réviser les différents verres, j’ai longuement observé le vitrail installé à l’horizontale, à hauteur des yeux. Il est placé au dessus d’une fosse horizontale, dont le fond est recouvert d’un miroir. On peut ainsi observer simultanément l’endroit et l’envers de l’œuvre ; et constater que le réseau des plombs est différent des 2 côtés.

J’ai achevé cette deuxième visite en repérant les verres texturés dans les vitraux, les vases, les lampes (près de 160 pièces), pour admirer ces techniques in situ.

Enfin, je n’ai pas su partir sans revoir toutes les lampes, en détail. Nous les connaissons par les livres, mais aucune photo n’en restitue ni les couleurs, ni la lumière exactes.

Et c’est ainsi que j’ai raté mon train.

Dominique ROBERT.

Voir en ligne : le Site du Musée du Luxembourg

Navigation

AgendaTous les événements

Annonces

Brèves Toutes les brèves

  • Rallye culturel 2019

    Un grand merci à tous les participants au Rallye culturel 2019 organisé par l’Outil en Main au (...)

  • Travailler de ses mains

    Exposition temporaire : Travailler de ses mains
    La Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière (...)

  • KISS MY GLASS

    Exposition : "Kis My Glass" du 29 juin au 01 octobre 2018 à la Maison de l’Outil et de la Pensée (...)

  • Les Naturelles

    Dans le cadre magnifiquement rénové du Cellier aux Champagnes, place Saint-Pierre à Troyes, Hubert (...)